Après les anecdotes sexistes de mon dernier article, il y a aussi des anecdotes d'artistes.

Les institutions qui prennent les artistes pour des animateurs culturels. Les artistes ont souvent du mal à joindre les deux bouts et on trouve normal de leur proposer de gagner trois ronds en faisant des activités artistiques ou en devenant enseignants. La survie est souvent au prix de cette concession.

Les institutions montrent l'exemple. Alors quand les institutions considèrent qu'il est normal que les artistes travaillent gratuitement, ça devient un modèle de société. Tout le monde veut un joli visuel pour une affiche, un faire-part, un site internet, un logo mais personne n'est disposé à le payer alors comment l'artiste peut-il vivre de son travail?

Les amis ou les proches (c'est à dire ceux qui vous connaissent bien, qui connaissent votre engagement artistique et vos difficultés) qui sans se rendre compte vous balancent lors d'une discussion à propos des grèves dans les écoles qui empêchent les parents de travailler que vous "c'est pas pareil, eux ils bossent!". C'est ancré dans l'insconcient collectif que les artistes sont des fainéants et des bons à rien.

L'artiste fait ce qu'il aime et souvent, ce qu'il aime ressemble aux activités que les enfants aiment faire ou qu'on leur propose. On considère donc que le travail de l'artiste est du RIEN. Je trouve que d'ailleurs c'est insultant aussi pour les enfants.

Les intermittents du spectacle qui ne parlent jamais des autres artistes, ceux, nombreux (auteurs, photographes, graphistes, peintres...), ne bénéficiant pas du statut extraordinaire de l'intermittence avec indemnités chômage et droit à la formation. Ils défendent les leurs, ceux que l'état à décider de mettre dans ce registre, mais oublie de revendiquer pour les autres. Solidarité quand tu ne nous tiens pas!

Les gens qui vous disent en voyant votre travail. Oh ma nièce fait aussi de la peinture! Elle prend des cours du soir. N'est-ce pas humiliant? N'y-at-il pas une différence entre quelqu'un qui vit de son travail, qui oeuvre jour et noir - car la vie artistique est indissociable de la vie personnelle - et quelqu'un qui fait 2 heures de peinture par semaine hors vacances scolaires. Car oui, l'artiste n'a pas de congés payés.

Et ainsi de suite...

vierge_cadre_BD