Blog de Séverine Bourguignon

27 avril 2016

EVA JOSPIN

J'ai découvert le travail d'Eva Jospin au Palais de Tokyo avec son installation, une forêt, qui ouvrait l'exposition INSIDE. Un article du monde magazine avait relancé mon intérêt pour son travail. Aujourd'hui, je viens vous recommander d'aller découvrir son "panorama" dans la cour carré du Louvre.

C'est gratuit et c'est jusqu'au 28 août tous les jours sauf le mardi. http://www.louvre.fr/expositions/art-contemporain-eva-jospin-panorama

François Mori _ AP

Eva Jospin assemble des bouts de carton qui deviennent des branches. Les premières forêts sont apparues en aplat, dessinées pour faire un fond et progressivement, la forêt est remontée, s'est soulevée et densifiée. Les branches sont devenues des troncs, des cimes, des espaces profonds.

Quand je regarde ses forêts, mon regard circule et cherche frénétiquement quelque chose pour l'arrêter : un accident, un animal, une couleur, un signe pour soulager ma quête de sens mais il n'y a rien que ces bois grands et sombres. A l'occasion de la création de ce "panorama" au Louvre, je découvre qu'une autre matière fait son apparition : la roche. Les cartons faces sont désormais utilisés aussi sur la tranche.

Peu à peu, l'artiste chemine et nous avec.

Posté par Severine B à 15:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 avril 2016

LE COLLAGE COMME MEDIATION

Au mois d'avril, j'ai participé à une formation de 3 jours à l'INECAT animé par Béatrice Bodiou dont le thème était "Collage contemporain, le collage comme installation". Il s'agit de formation pour des médiateurs artistiques ou art-thérapeutes.

Ce fut un moment de travail intense et de plaisir absolu. Je propose déjà le collage dans mes formations et ici, avoir le temps de se plonger dedans, de réfléchir au but et aux conséquences de ces propositions, d'expérimenter m'a permis d'intégrer de précieuses ressources pour le futur et notamment de proposer des sessions de week-end collage à l'atelier du Delta. Avis aux intéressés !

Plusieurs propositions nous ont été faites et voici le résultat du "collage comme installation". D'abord, il a été question de trouver sa place dans un espace donné pour une groupe composé de 14 personnes et ce n'est pas une mince affaire. Le travail commence souvent là où on ne l'attend pas. Je voulais un poteau (le seul de la salle) mais l'espace auour était déjà investi et j'ai renoncé à affronter de l'hostilité territoriale pendant l'élaboration de mon installation.

Faute de poteau, j'ai créé mon dispositif ascensionnel avec des tabourets que j'ai ensuite pu habiller. Le résultat s'appelle "TOWTEM", mélange de tower et de totem.

installation collage 1

Installation collage 2

Posté par Severine B à 22:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 avril 2016

LAND-ART SESSION

Une activité à proposer lorsqu'on a un peu d'espace vert ou un morceau de nature à disposition : le land-art.

Matériel :
- le jardin de Maminicole
- des bouts de bois mort
- des pignes de pin grignotées par les écureuils pour le roux intérieur
- un vieux ramequin pour le point d'eau 

Mes enfants se sont montrés un peu dubitatifs au départ : "Ca sert à quoi ce que tu fais?" Réponse :"A rien!"
Il s'agit d'une activité autotélique, n'ayant d'autre but que le seul plaisir qu'elle procure (spécial dédicace à ma collègue de sculptrice Sophie Susplugas). Et puis comme souvent, le fait que l'adulte fasse a insufflé l'envie de faire aux enfants.

Un moment sans rien à gagner que la poésie et la douceur de l'instant partagé.

20160422_154838

20160422_154739

 

20160422_154636

Posté par Severine B à 16:25 - Commentaires [2] - Permalien [#]

31 mars 2016

LEA BARBAZANGES

A l'atelier, lorsque seules les mains sont occupées, Sophie Susplugas et moi écoutons des émissions radiophoniques pour nous cultiver et nourrir nos réflexions et nos échanges. Hier, j'ai choisi un carnet de la création de France Culture et j'ai craqué pour la démarche et les oeuvres de la plasticienne Léa Barbazanges http://www.franceculture.fr/personne/lea-barbazanges

Je vous invite à découvrir ses "assemblages organiques", délicats et éphèmères qui nous rappelle la beauté du monde dans ses moindres petis détails et la fragilité de toute existence. Ses créations sont faites d'ailes de mouches, de fils de clémentines, d'épines de sapins, de parois de crépines, d'aigrettes de pissenlits, de feuilles de marbre...

Orfévrerie et poésie en végétal, minéral et animal ! http://www.leabarbazanges.fr/

Léa Barbazanges

Posté par Severine B à 11:12 - Commentaires [1] - Permalien [#]

29 mars 2016

CHOU CHINOIS

Hier, j'ai mangé une salade de chou chinois au Palais de Tokyo. J'aime bien l'endroit, j'aime bien la librairie et le salad bar.

Copyright Severine Bourguignon

J'ai découvert Simon Evans, un duo d'artistes qui travaille sur papier et qui se définit comme des artistes qui utilisent beaucoup de mots. Si vous aimez le papier, si vous aimez les mots, allez-y voir!

Palais de Tokyo, centre d'art contemporain

Lauréat du Prix Canson® 2014 " Je suis heureux lorsque mes travaux interpellent l'observateur, lorsque l'on ressent l'énergie que j'y ai transférée. La question hésitante de mon père " En quoi cela est-il vraiment utile ? " m'offre la résistance nécessaire et ne cesse de constituer pour moi un fil conducteur.

http://www.palaisdetokyo.com

Posté par Severine B à 14:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 mars 2016

MÉTAMORPHOSES D'OVIDE

En ce moment, j'interviens sur de la réinsertion professionnelle auprès de femmes ayant été victimes de violences conjugales à Melun; avec une classe de 3ème sur des nouvelles illustrées ayant pour sujet la spoliation d'oeuvres d'art sous l'Occupation et tout récemment à l'Ecole Alsacienne sur des masques de l'Antiquité à partir des Métamorphoses d'Ovide avec une classe de 6ème.

La réalisation de ces masques est assez technique. J'ai deux solides partenaires, l'enseignante de français et celle d'histoire-géographie qui collaborent activement à ce projet à la fois pendant la réalisation (elles mettent la main à l'argile) et après car ces masques servent de support à des mises en dialogues puis à des mises en scènes pour des duos-duels de l'Antiquité. Les masques ne sont donc qu'une partie du projet, la partie visuelle.

Nous devons travailler dans des salles de classe qui ne sont pas toujours adaptéeq à cette activité salissante et mangeuse d'espace mais finalement avec un point d'eau, on se débrouille toujours. Les 30 élèves sont sollicités sur des compétences qu'ils doivent mettre en oeuvre rapidement et efficacement. Ils dessinent leur masque en fonction du texte étudié et choisi, ils modèlent leur masque dans la terre (moule), ils façonnent leur masque en papier mâché (contre-moule) puis le peignent. 

Les résultats sont formidables, redonnant à des textes anciens une fraicheur folle. C'est une façon tellement inventive et stimulante de retenir les aventures de Méduse, Narcisse, Echo, Io, Arachnée, Midas, Pyrame et Thisbé...Ci-dessous le duo Jupiter et Phaéton.

Jupiter et Phaeton

 

Posté par Severine B à 10:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]

04 mars 2016

ANSELM KIEFER

Si vous n'avez pas encore été voir l'exposition d'Anselm Kiefer au Centre Pompidou, je vous encourage à y aller. C'est jusqu'au 18 avril et surtout ne vous laissez pas impressionner par la description du travail de l'artiste. 

anselm-kiefer-sternenfall-1995

Les formats gigantesques sont plein de matières, d'histoire, de mémoire fertiles. Je ne connaissais pas son travail - que l'on comprend encore plus finement avec un peu de culture allemande dans le sang - mais allemand ou pas, on comprend quand même très bien la puissance de cette oeuvre artistique. Les salles sont bien aérées pour laisser le recul nécessaire au souffle des créations. Personnellement, si je n'en retenais qu'une ce serait "les ordres de la nuit" (ci-dessous).

anselm_kiefer_expo_centre_pompidou_die-orden-der-nacht

On y a été en famille. Il y a bien eu des regards surpris de voir des marmots se balader au milieu d'un univers teinté de gris, de rouille, de noir, de nazisme, de ruines, de destruction mais les enfants se sont promenés dans ce milieu sans ressentir d'hostilité particulière. Je ne dis pas qu'on en sort indemne mais on en sort plus fort et plombé peut-être, mais par c'est un élèment chimique très présent dans le travail d'Anselm Kiefer. 

Un artiste à découvrir. Un artiste contemporain, né en 1945 et toujours vivant!

Posté par Severine B à 17:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mars 2016

L'ALIENATION COMPTABLE

Eh oui, tous ceux qui sont en freelance ou qui ont des sociétés le savent : c'est l'heure de faire la compta !

Depuis 2013, je suis adhérente à une AGA (Association de Gestion Agréée) qui vérifie mes comptes. Elle ne saisit rien, elle regarde une fois que c'est fini pour s'assurer que tout est bien à sa place. Si ce n'est pas le cas, je dois revoir ma copie.

J'ai suivi une formation "comment tenir sa comptabilité recettes/dépenses" et j'ai repris ma comptabilité en me conformant aux demandes précises de l'admnistration fiscale. Par exemple, faire la différence entre achats et fournitures, charges sociales personnelles et frais de gestion divers...Je tenais ma compta sur le logiciel Excel et tout allait bien.

Et bien cette année - ça vient de sortir- il faut tenir sa compta soit à la main dans un registre comptable soit sur un logiciel de comptabilité (EPB, Ciel Compta ou BNC Express). Pourquoi? Pour qu'une fois clôturée, la compta puisse être verrouilllée, qu'elle ne puisse plus être modifiée, qu'on ne puisse plus gruger en somme. Alors là, je me dis mais ma compta, une fois que la déclaration est envoyée aux impôts, elle ne peut plus changer de toute façon? Et bien, apparemment si. 

Donc 244 Euros de cotisations à une Association de Gestion Agréée, 180 Euros d'achat du logiciel (+50 Euros tous les ans pour avoir les mises à jour), on en est à 424 Euros juste pour avoir les outils. 

Le pire, c'est quand je suis devenue complètement chèvre avec ces logiciels. D'abord, j'ai essayé Ciel Compta et j'ai trouvé que c'était trop compliqué puis mon AGA m'a recommandé de prendre BNC Express. La prise en main était meilleure mais vous savez faire le différence vous entre grand livre, balance, écriture de trésorerie, pointage de trésorie? Et puis les OD pour les charges sociales déductibles et les non-déductibles. Ca a été le parcours du combattant mais j'y arrive enfin, croyant mon calvaire terminé.

 

CHC2


Non, (là j'avoue j'ai eu envie de pleurer), il faut télécharger un autre logiciel Test Compta Demat pour sortir un certificat de conformité et puis ensuite envoyer un EDI (format de fichier synthétisant les données saisies) à l'AGA qui transfère au centre des impôts. Là seulement, une fois que j'aurai reçu la confirmation d'envoi aux impôts, je peux effectuer la manoeuvre de cloture de l'année comptable.

J'ai juste l'impression d'être chez les fous avec Astérix! Et ce n'est pas fini, j'ai encore un document papier à renvoyer à mon AGA (si si avec les mêmes informations à donner mais avec une mise en page et des intitulés différents). Et ensuite faire une autre déclaration, autre format autre mise en page à la Maison Des Artistes. Ceinture, bretelle et sur-bretelle ! 

Combien de jours de travail inutiles, inutiles parce que passés à un travail qui ne me permet pas de gagner ma vie, un travail stérile, improductif ? Et puis, je me sens humiliée de ne pas savoir répondre à ces demandes. J'ai bac+4, je ne suis pas la dernière des dégourdis mais pourtant, je rame. Le système est tellement dissuasif qu'en réalité, je comprends ceux qui préfèrent faire autrement que de déclarer. Au lieu de dissuader la fraude, l'administration dissuade les administrés.

Être honnête signifie :
1) être considéré par principe comme un voleur par l'administration fiscale
2) devenir esclave d'un système chronophage qui demande toujours plus de contrôle alors que je suis très loin de mon coeur de métier. 

Comment fait-on dans ce monde pour s'en sortir quand on n'a pas le bac, quand on ne parle pas bien le français, quand on ne connait pas les codes ? J'ai des compétences dans mon domaine d'activités, mais en plus je dois aussi être agent, attachée de presse, comptable, administratrice (vous savez ce dossier à monter pour avoir des sous), juriste aussi. 

Mon AGA me dit : "si c'est trop difficile pour vous, vous n'avez qu'à prendre un expert comptable?" Aux alentours de 2000 Euros pour ceux qui se posent la question et sa réponse sonne comme un : "vous n'avez pas de pain, mangez donc de la brioche!" 

CHC3

Je crois qu'il faudrait que les gens qui établissent ces circuits de dingue lèvent les fesses de leur siège, abandonnent leur salaire de fonctionnaire, leurs congés payés, leurs avantages mutuelles, ticket resto, pass Navigo et viennent faire nos métiers. J'aimerais tellement avoir quelqu'un des impôts en stage à qui je dirais : "tu vois mon gars, tu dois rendre un petit dépliant, tu me fais ça avec InDesign, c'est simple et puis, si tu n'y arrives pas tu fais comme moi avec le logiciel de compta, tu te débrouilles!".

Je suis en colère, je refuse d'accepter ce système de tordus comme étant la normalité. Un système qui nous oblige à nous plier, à nous mettre à genou devant des règles incompréhensiles et toujours plus complexes! C'est cette gestion des paradoxes et les conflits intérieurs qui en résultent qui provoquent burn-out, dépression, perte de sens et de valeurs. 

Posté par Severine B à 17:52 - Commentaires [1] - Permalien [#]

19 janvier 2016

CACAO EQUITABLE

En septembre, j'avais posté un article sur le travail en cours d'un album jeunesse documentaire pour les Editions Grandir sur la culture du cacao en Bolivie. 

Nous voilà en janvier, 11 planches plus tard. Je suis en effet en train d'achever la 12ème et dernière planche de l'album, annoncant la fin de ce projet. Il m'a fallu environ une semaine de mise en couleur par planche, chaque planche étant en elle-même un petit tableau.

J'irai ce vendredi parler de l'album et de mon métier de "dessinatrice" à une classe de CE1, le sujet s'intègrant parfaitement au programme Sciences de la vie et de la terre.

Et pour le plaisir de vos yeux, la planche vaccination/visite médicale de l'album (dont je n'ai d'ailleurs pas encore le titre définitif).

cacao_planche_4_BD

Posté par Severine B à 15:30 - Commentaires [3] - Permalien [#]

08 janvier 2016

MACEDOINE

En 2016, je vais en Macédoine.

C'est où la Macédoine ? C'est un pays calé entre la Grèce, l'Albanie, le Kosovo, la Serbie et la Bulgarie dont la capitale est Skopje. Prononcer Skopié. Pour y aller, il n'y a pas de vol direct, à l'aller je fais escale en Slovénie et au retour en Autriche. Ca a l'air très beau et c'est une destination assez méconnue des français. Tout comme le Monténégro où je suis allée l'année dernière et que je vous recommande vivement.

Sur la carte, vous verrez Struga sur le lac d'Ohrid. C'est là que je vais faire une résidence du 28 avril au 4 mai. 

Struga 2_0_0

Il y a 25 artistes invités venant des Pays-Bas, de Russie, d'Albanie, de Tunisie, de Grèce, des Emirats Arabes, de Macédoine, du Montenégro, d'Ukraine, des Etats-Unis, de Serbie...Je suis invitée à représenter la France. Je me fais une joie d'aller là-bas et je ne manquerai pas de vous en reparler.

Struga

 

 

Posté par Severine B à 10:15 - Commentaires [4] - Permalien [#]