Mon 4e album documentaire jeunesse est sur le point d’être publié dans la collection les hommes de la terre aux éditions GRANDIR. C’est un album sur la Norvège, j’en suis l’illustratrice. La maquette et la mise en page sont finalisées. Le livre va partir à l’impression et devrait être disponible avant l’été. Pour célébrer cet événement, j’avais envie d’en dire un peu plus sur les étapes qui jalonnent la réalisation d’un tel ouvrage.

Cet album fait partie de la collection « la terre des hommes ». Il est plus documentaire que les 3 autres albums auxquels j’ai participé qui eux font partie de la collection « les hommes de la terre » dans laquelle vous trouverez :

- Pedro et Luna, la récolte du cacao (Bolivie) dont je suis l’illustratrice.
- Dedi et le riz de Java (Indonésie et la riziculture) dont je suis l’auteure et l’illustratrice
- Le Toukoul de Youssouf (Djibouti et les nomades Afar) dont je suis l’auteure et l’illustratrice.

NORVEGE COUV(1)_BD

Pourquoi ces pays ?

J’ai vécu à Djibouti quand j'étais enfant, en Indonésie quand j'étais ado et j’ai passé un mois en Norvège dans le cadre d’une résidence artistique au début de ma reconversion professionnelle.

Pour la Bolivie, j’ai dû me documenter. Je m’étais familiarisée avec la culture d’Amérique Latine pendant mes études universitaires mais hormis un court séjour au Salvador, je n’y ai jamais mis les pieds.

Pour l'Inde qui est le 5e album en cours, j'y ai été à 2 reprises pour une mission humanitaire puis une résidence artistique.

Spécificité de l'illustration documentaire

Pour ces précédents ouvrages, l’illustration prenait le pas sur le texte et j’avais la possibilité de créer de belles pleines pages colorées. Pour la Norvège, c’est l’inverse, le texte est roi et l’illustration doit servir et faciliter la lecture. La couverture, mélange de photos, de peinture et de dessins vectorisés rend un bel aperçu de l’éclectisme des images intérieures faites de crayonnés, aquarelles, schémas vectoriels, cartes faites de techniques mixtes prenant ainsi des allures vintages de mes albums d’enfance.

A en croire mon éditeur, peu d’illustrateurs ont envie de se coller à cet exercice de style qu'est le documentaire. En effet, ce travail, proche du travail pédagogique, est moins est valorisé que le travail de pure création auquel on associe davantage les artistes et leur virtuosité créative. C’est plus dur de vendre de la réalité que de vendre du rêve et de l’imaginaire. Et pour le même tarif, les illustrateurs de documentaires auront les recherches à faire en sus pour s’imprégner et restituer fidèlement l’ambiance du pays.

NORVEGE COUV(2)_BD4e de couverture, dos de l'album sur la Norvège

Pourquoi le documentaire

Il y a une bonne quinzaine d'année de cela, je me souviens que j'enviais les femmes mystérieuses et envoûtantes qui attiraient par leur parfum de secrets et leur insondable personnalité. Un ami m'avait demandé quel type de femme j'étais, je lui avais répondu un peu navrée mais sincère que j'étais une femme pratique. Si à l'époque, cette réponse manquait de charme, je trouve aujourd'hui qu'elle a beaucoup de sens, notamment dans mes activités professionnelles où l'éducation, l'accompagnement, l'apprentissage et la pédagogie tienne une place importante.

Etre une femme pratique est devenu ma marque de fabrique sans que je le réalise ou que j'en ai la volonté. Il me tient à coeur de rendre les choses accessibles, explicites, lisibles, visibles, palpables. C'est en cohérence avec mon histoire de vie et avec mes valeurs. Si je cherchais à y mettre un peu de glamour et de modernité, je pourrais dire que je suis une facilitatrice dans de nombreux domaines. Et le documentaire en fait partie. Les illustrations servent à donner envie d'en apprendre davantage sur le sujet, à raconter autrement ce que dit le texte dit, à transformer quelques lignes en quelques couleurs, à soutenir l'attention. 

Le documentaire est arrivé dans mon histoire d'artiste un peu par hasard, lors d'une rencontre avec les éditions GRANDIR sur le salon du livre jeunesse à Montreuil en 2004 mais finalement étais-ce un hasard ?

Et vous, si vous êtes honnête, quel genre de femme ou d'homme êtes-vous?
Si le hasard faisait bien les choses, quel type d'album jeunesse ou de livres écririez-vous ?