Les migrants ? Un sujet qui nous préoccupe tous, qui est là, dans notre champ, et dont pour ma part je ne sais que faire. La meilleure stratégie que j'ai trouvé jusqu'à présent est l'évitement. Je maintiens le sujet à distance pour ne pas me retrouver submergée.

Lorsque j'y pense, je ressens de l'impuissance et de la culpabilité. Et ça me fait encore plus mal de ressasser mon propre désarroi mental lorsque ces migrants, bien vivants et bien rééls, se retrouvent eux dehors ,démunis, et devant faire face à des besoins vitaux : manger, dormir, survivre. 

Sur Facebook, une campagne UNICEF qui me fait réagir (https://youtu.be/nDuM7758SXI?t=3). C'est la tendance actuelle des ONG de faire des pubs chocs et extrêmement culpabilisantes. Dans ce clip, une fillette déguisée en migrante se fait chasser par les personnes qu'elle sollicite puis la même fillette, habillée de façon bourgeoise, se fait accueillir et dorloter. C'est de la manipulation, c'est même plus grave car cela renforce les clivages sociaux en donnant des illustrations sans apporter de solutions. Ces deux situations ne sont pas comparables. Une fillette migrante implique une prise en charge (d'elle et implicitement d'une famille) dont les gens ne peuvent pas prendre la responsabilité. D'ailleurs comment la prendre cette responsabilité : en donnant 10 Euros? 100 ? En lui demandant de venir chez soi? C'est légal? Pour combien de temps? A quel prix pour sa propre existence? 

Je ne dis pas de ne pas aider, je ne dis pas d'éviter, je ne dis pas qu'une solution est impossible. Je dis juste qu'au lieu de nous foutre les boules avec des messages qui donnent envie de fuir en crabe ou de fermer les yeux et passer notre chemin, je pense que ce serait plus constructif d'utiliser cette force de communication à nous faire savoir ce dont les migrants ont vraiment besoin. 

En ce qui me concerne, j'aurai besoin de savoir si les associations ont besoin d'argent, quels associations, pour quel projet? Si les associations ont besoin de nourriture, de vêtements? Où? Si les associations ont besoin de bénévoles et les fonctions à remplir pour savoir quel profil convient (pédagogie, sanitaire, psychologie, alphabétisation) ? 

Des actions concrètes, des actions que l'on peut atteindre individuellement sans s'épuiser plutôt que des messages politiques alarmistes qui me semblent totalement vides de sens et sur lesquels je n'ai en tant que citoyenne aucun levier ou des demandes d'une exigence démesurée. Je pense à cette histoire de colibri où chacun fait sa part pour permettre d'avancer http://www.colibris-lemouvement.org/colibris/la-legende-du-colibri

En attendant, je fais une part pour LE 18E DU MOIS http://18dumois.info/spip/, je dessine. Ce mois-ci pour le dossier préparé par Danielle Fournier et Sophie Roux. Merci à Christian Adnin pour la photo. Merci aux journalistes qui, de nos jours, sont les rares sources fiables d'informations auxquels j'ai accès.

Christian Adnin juillet-aout 2016

18eme du mois

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé le 31 mai " la création d'un camp humanitaire pour réfugiés à Paris ". Le but : " offrir un accueil de jour " mais aussi " un hébergement à des personnes qui arrivent démunies " dans la capitale.

http://18dumois.info