Dès mon retour de Macédoine, j'ai couru voir l'installation d'Eva Jospin dont je vous avais parlé dans le blog. L'impression extérieure de froid avec le verre du miroir et la cour carrée minérale constraste avec le coeur chaud du dispositif. On est bien à l'intérieur du panorama d'Eva Jospin. Mon petit garçon de 4 ans s'est empressé de demander où était le loup. 

Eva Jospin

Si je reviens sur ce travail, c'est que j'ai des choses à en dire.

En premier point, je voulais parler de la médiation artistique du Louvre. L'artiste a donné 2 ateliers pour enfants en avril et ce sera apparemment tout. Pourquoi n'y-a-t'il pas d'autres interventions programmées, avec des conteurs par exemple? Je rappelle que l'installation va rester visible jusqu'au 28 août. Ceci dit, je me souviens d'une visite sur les 5 sens au Louvre avec une classe de maternelle et une conférencière malaimable à vous dégoûter des musées. 

Le Louvre, en raison de l'afflux massif de touristes étrangers, n'a peut-être pas besoin de faire d'efforts pour intéresser les visiteurs à son contenu. Mais peut-être en a-t-il le devoir? Ah ah comme j'y vais ! Je rajoute même qu'au pied de l'installation, un cartel a été posé nous informant que le panorama était en vogue jusqu'à la fin du 18e siècle et que d'ailleurs le Louvre détient le plus ancien connu à ce jour, "Le panorama de Constantinople" du peintre français Pierre Prévost.

Nous rentrons dans le Louvre et je m'empresse de demander où je peux voir la bête. A l'accueil, ils n'étaient même pas au courant et quelqu'un a fini par nous donner l'information (avec grand intérêt et courtoisie) qu'étant sur papier, l'oeuvre ne pouvait pas être exposée.

A quoi ça sert de le dire dans le cartel alors? Avec les outils modernes et les moyens d'un musée national, n'est-il pas possible de photographier "Le panorama de Constantinople" et de le projeter dans une salle afin de faire vivre une oeuvre remisée et de faire des liens? Manque d'idée, paralysie d'un système encrouté de hiérarchie, paresse ? Yo no comprendo la démarche ou plutôt le manque de démarche. C'est dommage !

Panorama de Pierre Prévost - Musée du Louvrehttp://art.rmngp.fr/fr/library/artworks/pierre-prevost_panorama-de-constantinople_huile-sur-toile_1818

Il y reste un second point, un doute, au sujet du financement de l'installation d'Eva Jospin. En effet, sur le même cartel - pourtant très court - on voit en bas "avec la gracieuse participation de..." et deux noms sont cités dont un éclairagiste. Quoi??? Quand je vois l'importance de l'éclairage dans cette installation, je ne peux pas croire que cette prestation ait été fourni gratuitement car c'est ce que gracieux veut vraiment dire. Donc, si Le Louvre n'a pas les moyens de payer une commande ou si Eva Jospin ne paye pas ses collaborateurs alors qui, en France, est en mesure de le faire? Un très mauvais exemple pour les artistes qui vivent déjà pour 80% d'entre eux sous le seuil de pauvreté !